Sentiment de grossesse

Je suis sous Zophren, un médicament que l’on donne aux patients qui font de la chimiothérapie, pour calmer leur vomissement.
C’est le seul médicament qui m’empêche de vomir, ce n’est pas efficace à 100 %, mais ça fonctionne quand même.
Je suis extrêmement fatiguée, moi qui n’aime pas dormir, je passe mon temps à ça.
Je me plains alors que c’est indécent de ma part.
Je pense que je suis en dépression…
Je déteste ce sentiment de grossesse qu’est le mien.

sentiment de grossesse

Et personne ne comprend. Pourquoi ?
Parce que je porte la vie, ce n’est pas justifié, j’ai la plus belle des aventures dans mon ventre, aux yeux du monde, de vous, je n’ai pas le droit d’aller mal.

« Mais je vais mal, très mal même, je déteste être enceinte, je déteste cette sensation de mal-être, ce non contrôle de soi. »

Je ne peux plus porter mes enfants.
Quand je passe l’aspirateur, je mets longtemps à m’en remettre.
Je ne fais plus du tout à manger, car ça me file la nausée.
Dans cet état, je ne suis pas moi, je suis l’ombre de moi.

L’hypersensibilité

Je suis hypersensible dans la vie de tous les jours même quand je ne suis pas enceinte.
J’ai du mal à gérer mes émotions, mes frustrations, je n’accepte pas l’échec.
Si je n’arrive pas ou je veux aller du premier coup, j’abandonne.
J’aimerais savoir faire avant d’apprendre.
Je ne suis pas « normal ». Je ne l’ai jamais été, j’ai toujours cru que je n’étais pas née à la bonne époque, mais en fait non, je ne suis juste pas compatible avec 90 % de la population.
Je suis quelqu’un d’extrêmement empathique, je ne supporte pas l’injustice, je ne supporte pas le non-respect de l’autre ou de la planète.

Jade, ma fille, est ma copie conforme, la pauvre… 
J’essaie de lui donner des clés pour avancer, mais j’ai pas toutes les réponses, j’en ai même très peu.
Elle a les mêmes façons de réagir que moi, elle se sent vite agressée alors elle se protège.

Au-delà de ça, je suis douée pour un tas de choses, le proverbe qui dit, quand on veut, on peut, et bien pour moi, c’est vrai.
À chaque fois que j’ai voulu, j’ai eu.
Je suis quelqu’un de très à l’écoute, tellement que parfois même, j’en oublie d’exister.
Quand j’aime, je ne compte pas, je donne tout sans poids ni mesure.
Je suis très bonne en logique, mon premier talent est stratégique, qui l’aurait cru, pas moi en tout cas.
Mes enfants sont toute ma vie et avoir une famille nombreuse m’enchante.

Étrange alors ce phénomène…

Personne ne comprend mon mal-être et je ne suis pas sur de le comprendre moi-même à vrai dire.
Je mets ma vie en péril.
Je suis en train de saccager tout ce que j’ai construit.
J’en suis consciente, mais je n’arrive pas à arranger la situation, car je ne contrôle pas.

« Mes émotions sont décuplées fois 10 »

Appelle Moi Maman est une grosse partie de ma vie et aujourd’hui elle est en danger, car au-delà d’être une boutique en ligne, c’est une grosse part d’humanité.
Lorsque j’ai créé Appelle Moi Maman, je l’ai fait dans le but de réussir à changer les mentalités de surconsommation.
Je l’ai fait pour préserver notre planète en optant pour des produits de qualité et en circuit court.
J’ai fait cette démarche dans le but d’apprendre à nous éduquer avant d’éduquer nos enfants.
Oui, je dis nous, car je m’éduque tous les jours moi aussi avec mes enfants et c’est ainsi que l’on devrait fonctionner.


Rien n’est jamais acquis, la vie de parent comme la vie tout court et un apprentissage permanent.
À travers Appelle Moi Maman, j’ai simplement envie de vous partager et de vous transmettre ce en quoi je crois, ce que j’apprends au quotidien et ce que nous vivons tous.

« C’est pour cela que votre avis est aussi important pour moi, car personne n’a la bonne méthode, la bonne manière de vivre ou encore l’éducation parfaite.
Échanger permet de confronter nos points de vue, s’entraider, voir la vie sous une autre forme. »

Mais aujourd’hui je n’y arrive pas, car je ne vais pas bien.
Je n’échange presque pas avec vous, car je suis peu présente sur les réseaux sociaux.
J’ai des tas de questions, des tas d’incertitudes, des tas de pleins de choses.

Je me demande chaque jour si j’ai fait le bon choix. Au fond, je sais que oui, mais je ne peux y arriver seule.

Je suis à quatre mois et j’ai déjà des douleurs au ventre.
Aujourd’hui je suis inquiète.
Inquiète pour mes bébés, car eux n’y sont pour rien. Même si je n’aime pas ma grossesse, eux, je les aime déjà beaucoup.
Je suis inquiète pour mon avenir professionnel car tout dégringole.
Pour ma famille, car il n’y a pas que les fins de mois qui sont difficiles, les débuts aussi et à l’approche des fêtes, c’est d’autant plus difficile.
Et pourtant, je ne peux m’empêcher malgré tout de faire ce calendrier de l’avent inversé, car il y a des familles qui n’ont rien du tout.

« Je n’écris pas ce pavé pour avoir de la pitié, de la compassion ou encore des critiques, j’écris pour me livrer, car je n’en peux plus de tout garder pour moi et de faire comme si tout allais bien. »

J’ai toujours eu un rêve dans ma vie, celui d’être écrivain, peu de personne sont au courant. Vous savez pourquoi je ne le fais pas ?
Je n’ai pas confiance en moi, car pour moi, un écrivain est mon idéal, le pouvoir des mots est tellement plus fort que n’importe quelles autres formes de communication.
Et la deuxième raison ce sont mes fautes d’orthographe, j’en fais énormément parce que je ne me relis jamais.
Depuis que j’ai le Blog, j’essaie de prendre du temps à me relire, mais je n’aime pas ça du tout.
Alors je garde ça dans un coin de ma tête et peut-être qu’un jour, j’aurai l’audace et le culot de me lancer dans l’écriture.

Je vous souhaite malgré tout de très bonne fêtes de fin d’année.

Voir l’article précédent: La magie de Noël

Charlotte Haller

4 thoughts on “Sentiment de grossesse

  1. Je vous comprends. De tout mon cœur avec vous…
    Ça paraît stupide, mais ça ira mieux quand les bébés seront là, et chaque jour un peu mieux (et nuit) bien que rock n’rolls… et remplis d’un amour incommensurable. C’est bien là le plus important.

    1. J’avais epprouvé la même sensation pour mon fils, en nettement moins forte je dois l’avouer.
      Mais effectivement, dès qu’ils sont là, tout vas mieux.
      C’est vraiment cet état qu’est la grossesse que je ne supportes pas.
      Merci pour votre commentaire de soutien
      À très vite

      Charlotte

  2. Je suis actuellement enceinte de 5 mois et je vis la même chose, même sentiment alors je compatis en espérant que quand bébé sera là, tout ira mieux avant que tout ne dégringole.
    Agréable fêtes de fin d’année à vous et croyez en vos rêves, si vous souhaitez écrire, lancez vous !
    Affectueusement,
    Vanessa

    1. Merci pour votre message, oui il est certain que ça ira mieux dès que bébé sera la. 🙂
      Bon courage pour votre grossesse.
      Merci pour vos mots d’encouragement pour l’écriture, agréable fêtes de fin d’année à vous aussi.
      Charlotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top