La PMA – Témoignage de Laëtitia

Je vous confie ces quelques lignes sur mon, notre histoire…
Le combat de toute une vie pour devenir parents.
Ce rôle si important sans lequel notre vie n’aurait pas eu de sens, sans sourires, sans éclats de rire, sans rêve…

Je m’appelle Laëtitia, j’ai 34 ans.
Avec Mathieu, 32 ans, nous sommes les heureux parents d’un merveilleux petit garçon prénommé Anatole.

Nous aurions pu l’appeler« Désiré » tellement ce petit être a été attendu. Cela fait 5 mois qu’ils nous comblent de bonheur et d’amour au quotidien.


Notre Histoire

Notre histoire commence il y a un peu plus de 5 ans, quand nous avons décidé de fonder notre famille.
Nous étions prêts à être parents, la vie elle, en a décidé autrement.

Après presque un an d’essai infructueux, j’ai décidé d’en parler à ma gynéco, histoire de me rassurer car j’étais un peu inquiète.
Nous avons commencé par des prises de sang puis des examens plus poussés afin d’écarter un problème d’infertilité.

En avril 2013 nous avions rendez-vous avec la gynécologue pour avoir les résultats des examens.
Tout est ok pour Mathieu, ouf.

Mais par contre, moi, ce n’est pas tout à fait la même chanson.
La gynécologue m’explique que je ne suis pas infertile mais ma réserve ovarienne est très faible.
Avoir un enfant va s’avérer être un réel parcours du combattant.

Avoir un enfant va s’avérer être un réel parcours du combattant.

Nous voilà partis moi et mon conjoint dans la PMA : Procréation Médicalement Assistée.
Nous avons été suivis par des gynécologues au top à la clinique La Sagesse à Rennes.

Un parcours totalement inconnu pour nous. Nous en avions déjà entendu parler mais on se dit toujours que ça n’arrive qu’aux autres…

Pourquoi nous !

Notre parcours FIV

Notre parcours FIV a duré pendant 4 ans.
Nous ne vivions plus que pour avoir ce bébé tant attendu, tant désiré.
Notre quotidien a été mis à rude épreuve.
Je subissais traitement sur traitement.
Prise de médicaments pour stimuler, piqures tous les jours à heure fixe,échographies…

Pour les 4 FIV, je suis passée par le bloc opératoire pour qu’ils me ponctionnent puis me transfert des embryons.

Après chaque transfert, nous croisions les doigts lors de la prise de sang 15 jours après.
Nous mettions tout nos espoirs et ne pensions plus qu’à ça.

Physiquement, ce parcours est très long et très douloureux,sans parler de la douleur morale, vivre autant d’années à subir et à attendre.
La douleur que l’on ressent est inexplicable, indescriptible.

« Il me manquait une partie de moi. »

Les quatre FIV se sont soldés par quatre échecs.
Quatre échecs inexpliqués par la médecine.
La gynéco nous parle alors du don d’ovocyte.

Je ne pourrais jamais assez remercier sa fée marraine, une amie très chère qui a été donneuse afin que nous puissions recevoir plus rapidement.
L’espoir est alors revenu, le combat n’étais pas terminé.

Il faut savoir que la PMA c’est un peu comme les montagnes russes.
On passe par toutes les émotions :

L’espoir
Le traitement a bien fonctionné, le corps a bien « répondu », tout est au vert …
Vint ensuite le désespoir
L’embryon ne s’est pas accroché, je ne suis pas enceinte, tout s’écroule, il faut tout recommencer !

L’importance d’être soudé

Reprendre le dessus ! Continuer encore et encore sans jamais rien lâcher…

Notre couple a été une force.
Ensemble, nous sommes restés soudés et avons surmonté ces épreuves que la vie mettait sur notre chemin.

Mathieu m’a toujours soutenu lors des piqures, des ponctions, des « c’est négatif »

« Nous avons toujours confié nos peurs à notre entourage proche, c’est ce qui nous a sauvé… »

A vous qui lisez ce petit message sur la PMA :
Garder Espoir !
Encore et encore !
Le chemin pour y parvenir est un réel parcours du combattant mais le Bonheur est au bout du tunnel.

La PMA est derrière nous, pas très loin.
Elle ne sera jamais oubliée car elle fait partit de notre histoire.
Mais je me dis que nous avons bien fait de nous battre !

Pendant ses 5 ans de combat, j’ai perdu mon pilier, mon papa…
Mais j’ai l’intime conviction que de là haut, il a tout fait pour nous aider.
Il veille sur nous et aurait été très fier de devenir grand-père.

Cette année, notre Noël s’est fait à 3 en famille.
Notre merveilleux tout petit Anatole a eu 5 mois. Il remplit notre vie de bonheur et d’amour.
Notre vie est devenue plus légère, plus douce !!!

« J’ai enfin la partie de moi qu’il me manquait. »


Laëtitia
@laeti_ti_a


1 commentaire
Laisser un commentaire
  1. Justine
    12 février 2019

    Quel magnifique message rempli d'espoir ! J'espère que beaucoup de femmes qui vivent ce genre de situations tomberont sur cet article ! J'imagine tout le courage nécessaire pour avancer dans ces étapes mais le cadeau est magique !! :) Merci pour ce beau partage !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *